Maison,  Organisation & Budget

Du désencombrement au Minimalisme

Le désencombrement est souvent le premier pas dans votre démarche vers le zéro déchet. Mais très souvent c’est aussi le désencombrement qui donne envie d’aller encore plus loin, parfois jusqu’au minimalisme.

Le désencombrement n’est que le côté émergé de l’iceberg. Quand on plonge dans cette démarche, c’est comme si on avait une pelote de laine dans les mains et qu’on tirait une ficelle puis une autre et encore une autre. Finalement, on découvre qu’il s’agit d’un chemin de vie qui mène vers une sorte de libération. 

Le désencombrement pour changer de vie

Notre rapport aux objets
Avez-vous déjà compté toutes vos possessions ? Essayez pour voir. Souvent on s’arrête avant d’avoir terminé, lassé(e) ! Et là, le déclic a lieu. Ça fait plus de 10 ans que je revends mes affaires d’occasion. L’été où j’ai vu les vidéo sur Marie Kondo, je n’ai jamais mis autant d’annonces en ligne ! Et je peux vous assurer que je me suis sentie beaucoup mieux après. Satisfaite de cet accomplissement et de cette prise de conscience. Plus légère.

Notre mode de vie
Une fois qu’on a goûté à cette légèreté, on cherche à la vivre dans tous les sens de sa vie. C’est comme ça que j’ai eu envie de réduire mes déchets. En parallèle, je me suis aperçue que c’était un moyen de faire des économies. Forcément, ça m’a davantage motivée ! Pourquoi utiliser et acheter sans cesse des cotons démaquillants jetables alors qu’il en existe des lavables aussi efficaces ? Pourquoi faire la poussière avec du sopalin alors qu’on peut utiliser un vieux morceau de serviette éponge ? Voilà comment je suis entrée dans une démarche zéro déchet en parallèle de mon désencombrement. En plus, le zéro déchet peut être un joli cadeau DIY !

Notre rapport aux autres

Désencombrer peut aussi changer cela, pour deux raisons. D’abord parce que parfois l’entourage ne vous suit pas. Si les personnes à qui vous parlez de votre démarche n’ont pas vécu ce fameux déclic, ils ne comprendront pas votre besoin de vous détacher d’autant d’objets. Ils peuvent même vous juger. Soyez indulgent(e), peut-être vivront-ils le déclic plus tard. Essayez de leur transmettre cet état d’esprit mais ne vous attardez pas s’ils sont réticent. 
L’autre raison, c’est que dans cette démarche, j’ai cessé de culpabiliser par rapport aux cadeaux que je n’utilise pas et je m’en suis débarrassé. Au début, ce n’est pas facile, on a l’impression de faire quelque chose de mal. Et pourtant… Pourquoi garder un cadeau qu’on n’utilise pas, qui prend de la place dans un placard et fait culpabiliser chaque fois qu’on le regarde ?
Ce qui me fait le plus plaisir n’est pas de posséder mais de vivre des expériences. Je préfère 100 fois marcher dans mes collines et en profiter pour faire de la photo, que de faire du shopping.

Cuisiner pour économiser
C’est surtout le cas dans la cuisine. On achète beaucoup d’aliments pour se simplifier la vie, qui multiplient les emballages et qu’on pourrait faire soi-même. Voici 2 exemples symboliques pour moi :

-Les aiguillettes de poulet : lorsque vous regardez le prix au kilo des aiguillettes de poulet par rapport à des blancs de poulet, vous avez une syncope ! Plus les aliments sont découpés et emballés et plus c’est cher ! Pourquoi alors ne pas couper soi-même sa viande plutôt que de jeter son argent par les fenêtres et les emballages en même temps ? Acheter en grande quantité et congeler après est moins cher et ça fait moins d’emballage.
-Les pépites de chocolats : le raisonnement est le même que pour les aiguillettes de poulet. Comparez le prix au kilo des pépites et du chocolat en tablette. Sachant qu’en plus, vous ne savez pas vraiment quelle qualité de chocolat vous intégrez dans vos préparations quand vous l’achetez en pépite plutôt qu’en tablette. Alors oui, je suis d’accord, les pépites font gagner du temps. Mais comparez ces minutes gagnées par rapport à la qualité nutritionnelle, à la santé et au plaisir de votre entourage qui dégustera vos gâteaux. Est-ce que ça ne vaut pas le coup de couper une tablette en morceau puis de passer quelques minutes à les affiner avec un couteau de cuisine et une planche à découper ?

Le mot de la fin
J’adore voir ma maison alléger, plus spacieuse et aérer, quand on fait le tri on s’aperçoit qu’il y a aussi plein de meuble qui ne nous serve plus à rien…
J’espère que ce partage d’expérience vous aura donné envie de désencombrer chez vous afin de ressentir cet allègement ! C’est une démarche qui peut effrayer mais je vous assure que lorsqu’on y a goûté, on ne peut plus s’en passer !

Vivre mieux avec moins…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *